Programme La FNAIR L'aventure du rein en France Lexique Professionnels de la santé Salle de presse Contact
   
 

Professionnels de Santé

Pour télécharger ou consulter le marque-page
au format Acrobat PDF, cliquez ici.

Comment prévenir l’insuffisance rénale et ses complications ?
Aide-mémoire pour la pratique.


1. Reconnaître la maladie rénale chronique • Facteurs de risque :
notion de maladie rénale familiale, problèmes urinaires antérieurs, diabète, hypertension artérielle

• Anomalies des urines :
bandelette réactive au sang et à aux protéines

• Estimation de la fonction rénale :
dosage sanguin de créatinine et calcul de la formule de Cockcroft

• Signes de maladie rénale :
oedèmes, essoufflement, polyurie, soif, perte d’appétit, nausées, crampes, démangeaisons
2. Éviter/corriger les causes d’aggravation • Les aggravations aiguës évitables :
- Déshydratation : iatrogène (diurétiques, régime sans sel strict) ou due au contexte (diarrhées et vomissements, grosses chaleurs)
- Médicaments toxiques : surtout anti-inflammatoires non stéroïdiens, produits de contraste iodés, certains antibiotiques
Attention à l’automédication
- Obstacle urinaire et infection : besoins fréquents d’uriner, dysurie, douleurs pelviennes.
Faire bactériologie urinaire et échographie rénale +++

• La progression de l’insuffisance rénale :
- L’hypertension artérielle : le principal facteur de progression.
À ramener à 130/80 mmHg
- Eviter une alimentation trop riche en protéines :
Se limiter à moins d’1 g/kg/j sans réduire les calories
- Le tabac : accélère la progression des maladies rénales.
À interrompre définitivement
3. Prévenir/traiter les complications de l’IRC installée • Défaut d’élimination des déchets :
urée, créatinine, acide urique.
À un taux sanguin élevé, symptômes d’urémie : nausées, crampes, etc.
Diététique ++

• Rétention de sodium :
favorise oedèmes, hypertension, voire insuffisance cardiaque.
Pas plus de 6 g de sel par jour

• Rétention de phosphore :
stimule la parathormone qui entraîne une décalcification osseuse. Le phosphore en excès se combine au calcium sanguin pour donner des dépôts calcaires dans les tissus et les artères.
Contrôler les apports alimentaires et réduire l’absorption digestive par des chélateurs (calciques ou non calciques)

• Défaut d’activation rénale de la vitamine D :
aggrave la décalcification osseuse.
À compenser par un apport de vitamine D

• Défaut d’élimination des acides :
aggrave la décalcification osseuse.
Diététique ++, ajouter si besoin du bicarbonate (taux sanguin > 22 mmol/L)

• Rétention de potassium :
surtout si clairance < 30 ml/min.
Diététique : supprimer chocolat, légumes et fruits secs, limiter les fruits et légumes, pas de “sel de régime” (à base de KCI)

• Anémie :
Vérifier le bilan en fer et le corriger au besoin avant prescription d’érythropiétine (EPO)

• Infections :
le principal risque est l’hépatite chronique.
Surveillance sérologique (B et C) et vaccination anti-HBV précoce

• Cardiovasculaire :
principale cause de mortalité des patients atteints d’insuffisance rénale chronique
Normaliser la pression artérielle et taiter toute dyslipidémie

• Nutrition : dégoût des viandes et anorexie + état microinflammatoire chronique.
Diététique ++ et surveillance de l’albumine et de la CRP

Document rédigé par le Professeur Maurice Laville,
service de Néphrologie, Hôpital Edouard Herriot de Lyon.


Retrouvez d'autres informations sur
www.fnair.asso.fr

Dans ma famille, la maladie rénale s'est déclarée en 1978 : mon père qui avait 66 ans et qui était en retraite depuis environ un an. De façon brutale, ses reins ont cessé de fonctionner alors que pendant toute sa vie, il avait été en parfaite santé. Sa polykystose héréditaire s'était déclarée...

Lire la suite...